30.00

Il était une fois. . .

Le Petit chaperon rouge est en route pour apporter à sa grand-mère un panier garni. Mais en chemin la petit fille croise un lièvre blanc bondissant et le suit. Il lui fait découvrir un Grand magicien débraillé, à la queue touffu et au sourire roublard . . .
Mari Takacs revisite le conte de notre enfance d’une manière détournée et ludique.

Description

Il était une fois. . .
Le Petit chaperon rouge est en route pour apporter à sa grand-mère un panier garni. Mais en chemin la petit fille croise un lièvre blanc bondissant et le suit. Il lui fait découvrir un Grand magicien débraillé, à la queue touffu et au sourire roublard . . .
Mari Takacs revisite le conte de notre enfance d’une manière détournée et ludique.

22 planches 37 x 27,5 cm

4 ème de couverture

Le kamishibaï est une technique de contage japonaise, basée sur des images défilant dans un castelet, le butaï. Cette pochette contient 22 planches recto verso (format 37 x 27,5 cm), une face pour l’illustration en couleurs et une face pour le texte (avec vignettes en noir et blanc).

Conseils pour une séance réussie : vérifiez que les planches sont dans l’ordre ; introduisez les planches dans le butaï, portes fermées ; ouvrez les volets et racontez ; imaginez un accompagnement musical ou des bruitages ; exercez-vous face à un miroir pour bien définir la vitesse de défilement des illustrations en fonction de votre rythme de lecture.

Qu’est-ce qu’un kamishibaï

Le kamishibaï signifie littéralement : “jeu théâtral en papier”. C’est le nom donné pour désigner une série de planches cartonnées, en papier à l’origine. Ces illustrations racontent une histoire, chaque image présentant un épisode du récit. Le recto de la planche, tourné vers le public est entièrement couvert par une illustration, le verso est réservé au texte, très lisible, avec une image miniature en noir et blanc reproduisant le dessin vu par les spectateurs.

Les planches illustrées sont introduites dans la glissière d’un butaï, ou “castelet”, ou théâtre en bois ou en carton, fermé par deux ou trois volets à l’avant. Une fois ouverts, les deux volets latéraux dirigés vers l’avant assurent l’équilibre de l’objet. L’arrière est évidé pour que le conteur puisse lire le texte. Le butaï se pose sur une petite table, par exemple, à une hauteur suffisante pour être bien vu par tous, il encadre l’image et focalise l’attention des auditeurs sur l’illustration. il sépare d’une manière claire le monde de la réalité extérieure et celui de la fiction.

Contrairement à la page tournée d’un livre, la planche suivante du kamishibaï apparaît en s’intégrant dans la scène précédente. La répétition préalable devant un miroir aide à adapter le passage d’une image à l’autre. il est important que le conteur soit attentif aux indicqtions scéniques inscrites dans le texte par l’éditeur.

Parfois le passage se fait très lentement, en continu, parfois il est nécessaire de retirer l’image en deux ou trois étapes, en s’arrêtant aux traits de repère pour créer du suspense. Cette technique, particulière au kamishibaï, donne du mouvement à l’illustration, comme dans un dessin animé, et multiplie les scènes imagées par deux ou trois.

Parfois, l’image est retirée rapidement, créant un effet de surprise. Une séance de kamishibaï se prépare comme une pièce de théâtre et peut se personnaliser à votre gré (ajout de bruitages, etc.).

D’après un texte d’Édith Montelle, conteuse et écrivain.

Editeur - Collection

Callicéphale

Kamishibaï

Informations complémentaires

Poids 870 g
Dimensions 2 × 35 × 45 mm

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Le petit chaperon rouge et le magicien – kamishibaï”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *